Les dents et le cœur, liés par une bactérie

Le lien entre certaines pathologies cardiaques et l’état de santé bucco-dentaire est de plus en plus évident, au regard des études sur le sujet. En prévention ou lorsqu’on souffre d’une maladie cardiaque, des mesures doivent être prises pour des soins dentaires adaptés. Votre dentiste à Antibes vous en parle.

Une doctoresse qui consulte une tablette.

Photo by NEC Corporation of America with Creative Commons license

Mécanisme du risque cardiaque en lien avec les caries

Il est désormais avéré que la bactérie responsable des caries, le Streptococcus mutans, se retrouve parfois dans les tissus cardiaques où elle provoque une inflammation des valves, pathologie potentiellement mortelle.

Cette bactérie passe dans le sang via la gencive ou la pulpe dentaire, lors de brossages ou de passages du fil dentaire trop vigoureux, ou de soins dentaires sans connaissance du risque chez le patient. Dans certaines conditions, la bactérie est capable de s’implanter dans les tissus internes du cœur, l’endocarde, et provoque l’endocardite.

Quelles précautions prendre ?

La prévention quotidienne en la matière est relativement simple à prendre. Il faut avant tout adopter et tenir une hygiène bucco-dentaire efficace, avec l’utilisation d’un matériel adapté (on évite les brosses trop dures qui provoqueraient des saignements). En cas de saignement systématique au brossage et au passage du fil dentaire, donc en présence d’une possible gingivite, un rendez-vous chez le dentiste s’impose.

Lorsque le risque cardiaque est avéré et su, prévenez votre dentiste, qui se mettra en contact avec le cardiologue et le médecin traitant pour adapter le protocole de soin (éventuellement prescrire des antibiotiques pour éviter la transmission des bactéries par le sang, suspendre un traitement anticoagulant en vue d’une intervention chirurgicale...). Les précautions sont encore plus de mise si vous portez un appareil cardiaque, qui accroit le risque infectieux.

Dans tous les cas, si vous pensez devoir bénéficier de soins spécifiques, parlez-en à vos soignants, qui sauront vous indiquer les gestes à adopter et qui consulter en priorité.

Les commentaires sont fermés.