Dents dévitalisées et infections

Dents dévitalisées et infections :

Les dents dévitalisées peuvent, suivant les individus, affecter votre état de santé.

De nombreux travaux montrent un lien incontestable entre les dents dévitalisées et certaines maladies chroniques dégénératives comme les maladies cardiovasculaires, les rhumatismes, tendinites ou encore certaines formes d’arthrite.

Les dents ne sont pas des « cailloux plantés dans la gencive » ; embryologiquement les dents sont issues du tissus nerveux (plaque neurale) et à ce titre elles sont des organes à très fort potentiel réceptif et inductif.

Lorsque les dents sont dévitalisées, (dépulpées) elles sont privées de leur circulation vasculaire et lymphatique ainsi que de leur sensibilité interne.

Elles sont aussi privées des mécanismes de défenses contre les bactéries devenant ainsi de véritables réservoirs à germes dont les produits de dégradation entraineront inéluctablement des inflammations chroniques à leur périphérie.

A la périphérie des dents dévitalisées le réseau sanguin et lymphatique draine les toxines et les diffusent dans votre corps où elles peuvent irriter d’autres organes et provoquer des maladies.

En fait les bactéries présentes dans la dent sont dites anaérobies (elles n'ont pas besoin d'oxygène pour se développer) continuent à « vivre » et produire des toxines dans les tissus nécrosés de la dent.

De la même façon qu’une réaction allergique peut survenir avec des doses d’allergène infimes, les toxines libérées par les bactéries contenues dans la « dent morte » peuvent avoir une influence violente.

Même si la dent a été traitée dans les meilleures conditions, qu’elle ne présente aucun signe infectieux ou inflammatoire tel qu’un kyste, son potentiel nocif peut influencer votre santé.

Ces réactions sont très variables d’un individu à l’autre, et la qualité des traitements de racines influence aussi le potentiel agressif de ces micro foyers infectieux. Certains individus seront totalement immunisés tandis que d’autres réagirons au moindre « défaut ».

De plus la libération lente et permanente de toxines dans votre sang va solliciter en permanence votre immunité la rendant moins disponible pour d’autre affection.

De nombreuses maladies semblent être entretenues ou provoquées par la toxicité des dents dévitalisées : sinusites, uvéites (irritation de l’œil), accidents cardiaques, affections musculaires et osseuses, migraines, des algies faciales.

Lorsque les foyers infectieux dentaires sont plus importants et plus visibles, les germes en plus grande quantité ne sont pas tous détruits par vos défenses immunitaires et circulent dans votre sang jusqu’à l’intérieur du cœur ou au contact des valves cardiaques qui sont des localisations privilégiées des bactéries anaérobies.

Les bactéries d’origine dentaires sont ainsi très souvent à l’origine des valvulopathies et des endocardites, de même que leur participation est évoquée dans des infarctus et anévrismes.

L’interaction entre les affections dentaires et cardiaques est désormais connu et prise en compte par les cardiologues qui demandent l’élimination de tous les foyers dentaires à risque avant toute opération cardiaque.

De la même façon, les bactéries d’origine dentaire ont une réelle affinité pour les tissus articulaires provoquant tendinites, rhumatismes, arthrites, nécroses et autres pathologie « invalidantes ».

Enfin, il est désormais bien établi que les infections d’origine dentaires peuvent influencer négativement les performances sportives et entraîner asthénie et une fatigue musculaire. En général les médecins du sport confirment qu’en supprimant les foyers dentaires infectés les problèmes de fatigue disparaissaient et que la relation de cause à effet est directe entre l’infection dentaire et la fatigue musculaire.

Il semble indispensable d’effectuer annuellement, un bilan dentaire complet et sérieux, orienté sur la recherche des foyers infectieux pouvant constituer de véritables « bombes à retardement » pour votre santé.